En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.


Les informations sont données à titre indicatif, et ne constituent aucunement une prescription médicale


PRISE EN CHARGE DE LA HTA

 
Ne pas saler les plats, éviter la charcuterie (+++), les plats industriels, et les biscuits apéro Privilégier l’eau de source (avec -150mg de sodium) Pour limiter le vieillissement de la paroi des artères, des anti-oxydants (Vitamines, légumes frais, cuisson très courte pour garder les vitamines, les fruits…)
 

PRISE EN CHARGE DE L’OSTEOPOROSE

 
Apport en Calcium suffisant : privilégier produits laitiers moins gras et moins salés (yaourts, fromages blancs. Eviter le lait, acidosant). Les eaux riches comme Hépar et Contrex. Varier les eaux. Lait de soja ne remplace pas les produits laitiers…ce type de calcium est moins absorbé car il contient des phyto-oestrogènes, perturbateurs endocriniens.
Eviter le sel et la caféine, qui augmente la calciurie.

Apport en Magnésium, car utilisé dans le cycle du calcium et de la VitD Apport en protéines, pour les muscles qui soutiennent, et pour la solidité des os aussi. 1g/j/kg. Les protéines animales sont mieux absorbées que les protéines végétales. Mais varier c’est mieux. Attention car un excès de protéines favorise aussi la calciurie.

L’acidité baisse l’absorption de calcium. Voir les produits les plus acides à éviter. Comme le parmesan. Le lait. Les fruits et légumes baissent l’acidité.
Attention, trop de calcium favorise la constipation. Les fibres végétales aideront. Mais il faut les consommer à distance de la prise de calcium, sinon elles gênent l’absorption du calcium. Elles gênent l’absorption en général d’ailleurs.
 

PRISE EN CHARGE DU DIABETE

 
Ne pas stopper le sucre, mais fuir les index glycémique élevés. Privilégier les pâtes al dente (index glycémique faible car fibres non dégradées complètement, donc plus longues à absorber), pain complet, viandes maigres (lapin, poulet, veau, jambon blanc), cuisson courte des légumes, antioxydants (paroi des artères abîmées par sucre), manger une orange (des fruits) entière (entiers) plutôt qu’en jus (index glucidique plus faible).
Pour les fruits, les manger plutôt à la fin du repas car des fibres ont été ingérées durant le repas, qui vont baisser l’absorption des sucres. Fruits : melon, kiwis, pommes, poires, pastèques, ananas.

Ne pas sauter de repas.
Limiter l’alcool.

Réduire fortement pomme de terre, pain blanc, riz blanc, pâtes à cuisson rapide, sucre, chocolat au lait, croissants, confiserie, confitures et boissons sucrées.

Bannir les édulcorants des produits industriels soit disant sans sucres. Les polyols comme sorbitol, xylytol, dans les confiseries sans sucres, l’aspartame cancérigène (produits « lights »), l’acésulfame (boissons « lights »), le fructose dans les confitures allégées (calorigènes, donc hyperTRYGL, mauvais pour cœur, tension. Les polyols aussi)…
 

PRISE EN CHARGE DE L’HYPERCHOLESTEROLEMIE

 
Limiter l’apport lipidique (jaunes d’œufs, abats), favoriser les acides gras mono (huile d’olive) et poly insaturés (colza, poissons) par rapport aux acides gras saturés (viande de mouton)

Augmenter la consommation d’oméga 3, de fibres, fruits, légumes, céréales.

Les fibres. Flageolets, pois chiches, petits pois cuits, persil, épinards cuits, farine complète, riz complet, son +++. Les fibres de céréales complètes, seigle, sarrasin, légumes et fruits secs comme haricots secs lentilles pruneaux, amandes, figues sèches, noix de coco sèches, groseilles, pain complet. Les fibres font baisser la cholestérolémie. En effet elles se fixent sur les sels biliaires, qui ne sont donc pas absorbés. Du coup l’organisme en produit d’autres, à partir du cholestérol. Les fibres baissent la glycémie post-prandiale. Elles régulent le transit si consommées en quantité suffisante.

Traiter les autres facteurs de risque que sont la HTA, diabète, obésité (limiter le sel diminue la prise de poids selon une étude britannique)…
Des aliments sont reconnus comme anti-cholestérol : avoine, amande, soja (tofu), aubergine, framboises, myrtilles, mûres, noix, huile d’olive…

 

REFLUX GASTRO OESOPHAGIEN

 
Eviter aliments qui relâchent le sphincter du bas œsophage -> menthe poivrée, épices puissantes, sucres simples et rapides, alcool, café, thé, chocolat, trop de sel

Eviter les aliments favorisant l’hyperproduction acide de l’estomac -> produits laitiers gras et entiers, boissons gazeuses, agrumes en excès et à jeun, aliments riches en graisses saturées, arrêter le tabac.

Les pro-biotiques type lactobacillus johnsonii ou gasseri augmentent la production de mucus gastrique protecteur et diminuent l’implantation d’hélicobacter pylori. Le curcuma protège aussi. Le safran, améliore l’humeur et réduit le stress. Associé à la mélisse réduit les spasmes. La canneberge réduit la pathogénie d’hélicobacter. La guimauve réduit  la production acide par l’estomac et réduit ainsi les effets du reflux.
 

ARTHROSE

 
Douleurs au réveil souvent avec dérouillage progressif, amélioration au cours de la journée, aggravation sur efforts et en fin de journée
Poussées inflammatoires entraînant douleurs nocturnes ou de repos

Micro-nutrition -> le déficit en Mg et VitD aggrave.
Le cartilage n’est pas vascularisé, l’hydratation est donc importante pour sa protection. Il est recommandé de boire 1,7 L d’eau par jour au moins. Eau bicarbonatée, source de calcium et Mg (St-Yorre, Contrex, Vichy Célestins, Hépar, Vittel. Varier les eaux...).

Compléments : "Glucosamine" 1200-1600 mg/j sur une période de 3 à 4 mois. Pas si diabétique. "Chondroitine" sulfate aux doses de 800 mg/j (pour la qualité du cartilage). Polyphénols ("Complex polyphénols"). Les insaponifiables de soja et d’avocat ("Piascledine") ont une action à long terme mais agissent lentement (4 à 6 mois), en nourrissant le cartilage et le tissu conjonctif.
Vente libre : La "N-acétyl-cystéine" est un acide aminé soufré utile en cas de poussée inflammatoire (600 mg/j). Les oméga 3 également
 

CONSTIPATION

 
Hors pathologie plus grave, peut être associé au syndrome de l’intestin irritable. Limiter les viandes et les fromages le soir (ou les bannir). Fractionner les repas. Limiter pâtes, riz blanc, sucreries
Conseils : gymnastique abdominale, boire 1,5 L d’eau / j, se présenter à un rythme régulier aux toilettes, respecter une durée suffisante, répondre à la sensation de besoin…
3 pruneaux secs froids le matin au petit dej (le froid stimule le reflexe). Boire de l’eau riche en Mg, en les variant (Hépar, Badoit, Contrex)
Essayer le son si constipation opiniâtre. Progressivement, sur 8-10j, pour arriver à 20g / j (en 2-3 prises)
Pain frais au son sans additifs et farine obtenue par meulage en magasin diététique, ou 6 tranches par jour du « pain spécial complet de monoprix la forme », ou 30 à 40 g céréales All Bran Kellog’s, son en paillettes (20g / j) mélangé à yaourt ou potage
Si ballonnements, attendre 10j, si persiste, arrêter le son. Le son d’avoine est mieux toléré
Les plantes : graines de lin en cas de constipation. Si aérophagie, ballonnements, charbon végétal, cumin, romarin. Pour la flore intestinale, la levure de bière. Si infection, ail, charbon végétal. Si colite ou crampes, fenouil, menthe.
Symptômes, colopathie fonctionnelle (=colon irritable…) : malaises, douleurs abdominales... Contractions plus lentes et plus faibles chez un individu entraîne plus d’absorption d’eau donc constipation. Trop rapide c’est l’inverse. Ne cause pas d’inflammation à la différence de Crohn, ou de la colite ulcéreuse. N’altère pas la muqueuse donc considéré comme un trouble fonctionnel plutôt que comme une maladie. On constate que d’autres troubles sont associés : menstruations douloureuses, fatigue chronique, fibromyalgie. Certains chercheurs pensent que les hormones joueraient un rôle ce qui expliquerait que les femmes soient plus touchées et que cela affecte leurs cycles. Autre hypothèse = déséquilibre de la flore intestinale. Le stress ne parait pas être une cause, mais il peut augmenter les symptômes. Cuire les fibres sinon elles irritent. Sinon fruits et légumes crus (salade, épinards, melon, prune, kiwis oui ; bananes, carottes cuites, pommes crues et coings non).
 
Symptômes, colopathie fonctionnelle (=colon irritable…) : malaises, douleurs abdominales... Contractions plus lentes et plus faibles chez un individu entraîne plus d’absorption d’eau donc constipation. Trop rapide c’est l’inverse. Ne cause pas d’inflammation à la différence de Crohn, ou de la colite ulcéreuse. N’altère pas la muqueuse donc considéré comme un trouble fonctionnel plutôt que comme une maladie. On constate que d’autres troubles sont associés : menstruations douloureuses, fatigue chronique, fibromyalgie. Certains chercheurs pensent que les hormones joueraient un rôle ce qui expliquerait que les femmes soient plus touchées et que cela affecte leurs cycles. Autre hypothèse = déséquilibre de la flore intestinale. Le stress ne parait pas être une cause, mais il peut augmenter les symptômes. Cuire les fibres sinon elles irritent. Sinon fruits et légumes crus (salade, épinards, melon, prune, kiwis oui ; bananes, carottes cuites, pommes crues et coings non).

Prise de rendez-vous en ligne

clic rdv

Découvrez la galerie photos